Comment bien choisir son vaporisateur ?

Comment bien choisir son vaporisateur ?

Comment bien choisir son vaporisateur ?

De plus en plus d’accessoires dédiés à la consommation de CBD, ou autres produits dérivés du cannabis fleurissent dans les commerces spécialisés.

L’idée étant de proposer des outils performants et techniques qui pourraient atténuer les risques sur la santé qu’engendre l’action de fumer ce produit.

Consommer du CBD, sous toutes ses formes, mais sans combustion : préserver sa santé et profiter au mieux des bienfaits du CBD avec des accessoires cannabiques à la pointe de la technologie.

Si vous débutez, Deli Hemp vous donne quelques astuces afin de tout savoir sur la vaporisation de CBD et comment bien choisir son vaporisateur selon ses besoins.

Comment nettoyer un vaporisateur ?

Suivez ces 4 étapes pour nettoyer efficacement votre vaporisateur de CBD :

Pour conserver un bon usage de son vaporisateur, il est conseillé de le nettoyer correctement et avec les bons ustensiles de manière plus ou moins régulière. 



Voici quelques astuces pour garder un vaporisateur le plus fonctionnel et efficace possible :

On commence par démonter son vaporisateur, tout en prenant soin de chaque petite pièce : embout, batterie, chambre de chauffe…

Dans chaque vaporisateur, vous recevrez un manuel d’utilisation à conserver puisque toutes les instructions de démontage du vaporisateur y figurent.

On vide chaque compartiment du vaporisateur, une fois les avoir démontés un à un.

Servez-vous des outils de nettoyage ou accessoires que vous avez reçus avec votre vaporisateur pour venir brosser et nettoyer toutes poussières, où résidus qui nuisent au bon fonctionnement de l’appareil.

Vous pouvez tout a fait utiliser un coton tige ou une cure-pipe.

Par ailleurs, on se concentre essentiellement sur la chambre à herbe, et l’embout.

Veillez à retirer le filtre et à le brosser minutieusement. C’est le filtre qui dépendra de la performance et du gout donnés par votre vaporisateur à ce que vous consommez.

Désinfectez la surface de l’embout et chambre à herbe avec de l’alcool à 99 degrés pour alimenter les taches et les résidus nuisibles.

Comment vaporiser du cannabis ?

Lorsque l’on vaporise des plantes, ou des huiles essentielles dans son intérieur pour bénéficier des bienfaits du produit, le système de vaporisation permettra de délivrer un maximum de principe actif contenu dans la plante.

Idem lorsque l’on vaporise la plante de cannabis, ou les extractions : les trichomes se décolleront et vous profiterait au mieux des bienfaits qu’ils regorgent.

Ainsi, comment vaporiser de la résine de cannabis ?

IMPORTANT : On ne place jamais directement sa résine dans la chambre de chauffe, à l’inverse de l’herbe.

La texture de la résine est collante, et peut fondre et coller aux parois, ce qui abime votre matériel et le rend pénible à nettoyer.

Utilisez des résines pures et de qualité premium, vaporiser une résine, c'est pleinement profiter des bienfaits de la matière et de ses saveurs.

Ainsi vaporisez un produit de mauvaise qualité n’aura aucun intérêt, et sera même désagréable.

Opter pour une résine sableuse, polléneuse et facile à effriter, car elle sera plus simple à vaporiser.

Les résines grasses sont déconseillées car compliquées à émietter, et ont tendance à s’agglutiner.

Vous pouvez parfaitement disposer votre hasch sur une fine couche de fleurs de CBD ou de substitut de tabac (type damania ou trim) La résine nécessite une température plus élevée, entre 200 et 220 degrés.

Quelle température pour vaporiser du CBD ?

On conseillera une vaporisation n’excédant pas les 180 degrés pour profiter parfaitement des bienfaits et des terpènes de la matière.

Combustion et vaporisation, quelle différence ?

Vaporiser du CBD, sous forme d’herbe sèche, de résines, pollens ou autres concentrés est plus saine que la combustion pour votre santé.

La vaporisation : vaporiser un produit, c’est chauffer l’échantillon de cannabis (cbd, fleurs, résines, huile ou autres extractions et concentrés) en faisant passer de l’air chaud, ou en le plaçant sur une surface suffisamment chaude.

Quand on atteint le point d’ébullition de la fleur, c’est à ce moment-là que les cannabinoïdes se libèrent pour être inhalée par l’utilisateur.

Grâce à ce procédé, aucune combustion n’a lieu, le produit ne brule pas et ne dégage donc aucune toxine cancérigène.


Le développement de ces accessoires cannabiques encourage la législation à devenir de plus en plus flexible par rapport à la consommation de cannabis que ce soit à domicile ou à l’extérieur, puisque sa consommation présente des risques pour la santé minimes.

Les vaporisateurs séduisent par sa discrétion, son odeur et son côté pratique (facile à ranger, et à transporter quotidiennement).

La vaporisation : conduction et convection : quelle différence à l’usage ?

Il existe dans le système de vaporisation deux sous-catégories mécaniques utilisé :

la conduction et la convection.


On parle de conduction quand on chauffe son produit en le mettant directement en contact de la chaleur.

À l’inverse de la convection, qui fonctionne en exposant la matière à un flux d’air chaud, pour vous illustrer ce mécanisme, il reprend le système du four à chaleur tournante.

Si l’on veut profiter au maximum des bienfaits du CBD, on choisira un vaporisateur à convection qui offre plusieurs avantages.

Par ce procédé, la vaporisation est plus épaisse, et relâche plus de cabinnoides et terpènes intéressant.

Ce mécanisme est celui des PAX2 et PAX3, ce qui en fait un vaporisateur couteux et de qualité.

All comments